Le patrimoine dans Les 7 lieux - Les 7 lieux - Bayeux Intercom

Une histoire révolutionnaire…
Que de chemin parcouru depuis 1794, date de la création de la bibliothèque publique du district de Bayeux. Remontez le temps jusqu’aux origines des 7 lieux.

Petit historique

Commençons par le commencement : le 23 germinal an II (12 avril 1794), la bibliothèque publique de Bayeux est établie par l’administration révolutionnaire.
En confisquant les biens du clergé et des émigrés, les autorités doivent gérer environ 33000 volumes, ainsi que des objets d’art et des antiquités. Simien Despréaux, ancien vicaire épiscopal, est le premier bibliothécaire à inventorier ces collections considérables.

XIXème siècle : déménagements

Au début du XIXe siècle, malgré quelques restitutions faites à leurs propriétaires légitimes, la majeure partie des confiscations est conservée par les autorités. Le conservateur de la bibliothèque de Caen (M. Moysant), divise les acquisitions révolutionnaires en quatre parts : la plus importante est destinée à la ville de Caen, la seconde au séminaire diocésain, la troisième au chapitre de la Cathédrale, et enfin la quatrième à la ville de Bayeux.

À partir de mars 1804, ces ouvrages sont conservés dans l’ancien monastère des Ursulines (qui correspond à l’actuelle école primaire Chartier).

En 1812, la municipalité décide le regroupement du patrimoine littéraire, artistique et scientifique dans l’hôtel de ville, établi dans l’ancien palais épiscopal de Bayeux.

En 1833, l’érudit Charles Edouard Lambert est nommé « conservateur de la bibliothèque publique, des diverses collections et objets d’art appartenant à la ville de Bayeux ».

En 1834, la bibliothèque compte 5 000 volumes, mais ses collections vont s’accroitre très rapidement grâce aux dons.

En 1842, la bibliothèque et la tapisserie s’installent dans un hôtel particulier qui avait servi d’hôtel de ville au XVIIIème siècle, sur la place du château (L’actuelle place de Gaulle).

En 1876, suite à un rapport élogieux de M. Baudrillat, inspecteur général des bibliothèques de France, le ministre de l’instruction publique décide d’envoyer une caisse de livres « comme témoignage de sa satisfaction ».

En 1880, la municipalité de Bayeux confie à l’abbé Laffetay la charge de la bibliothèque. Ce dernier entreprend la rédaction du premier catalogue imprimé de la bibliothèque, commencé par Edouard Lambert. Il achèvera cette entreprise au bout de dix longues années.

XXème siècle : des albums jeunesse aux vinyles

En 1909, un musée est créé, mais la tapisserie reste toujours dans les locaux et sous le contrôle de la bibliothèque. Les collections s’accroissent grâce aux achats de la ville, aux dons et legs des bienfaiteurs et aux donations de livres faites par différents ministères. Les locaux deviennent très vite trop petits pour accueillir les collections et le public, de plus en plus nombreux.

En 1913, le département, propriétaire de l’ancienne résidence du doyen du chapitre de la cathédrale, loue ce bâtiment à la municipalité, afin d’y installer la bibliothèque municipale de Bayeux et le musée de la Tapisserie.

Au début des années 30, la bibliothèque développe progressivement une section jeunesse en proposant des albums, des contes, des romans, des documentaires.

En 1936, un fonds de musique est créé grâce aux méthodes de chants, partitions et autres recueils légués par madame Thibault du Manoir de Juaye.

1983, le public découvre la Tapisserie de Bayeux dans un nouvel écrin au centre Guillaume le Conquérant. L’ancien séminaire accueille également les collections de la médiathèque.

1986, création d’une section discothèque avec une offre de Vinyles, Cd, K7 VS & Audio, enrichie par la suite par une offre de DVD films.

De nos jours : services numériques et déménagement final !

2008, ouverture d’un EPN (Espace Public Numérique) avec 3 postes internet à disposition du public et une offre de formations liée au numérique.

2018, mise à disposition de la « Boîte numérique » sur le site internet de la médiathèque : chaque abonné peut accéder 7 jours/7 aux magazines, livres numériques, films, séries télé, jeux vidéo et tutoriels disponibles.

2019, le fonds patrimonial est transféré dans la nouvelle structure « Les 7 lieux » dans un bâtiment neuf de 2 500 mètres carrés. Il est stocké au sous-sol du bâtiment dans des espaces répondant aux normes de conservation en vigueur notamment en terme de température et d’hygrométrie.

Bibliographie pour en savoir plus

  • Garnier Charles, Notes historiques sur la bibliothèque et le musée de Bayeux, Société des sciences, arts et belles-lettres de Bayeux, 16e volume.
  • Lemagnen Sylvette, « Bayeux, Bibliothèque municipale », in Patrimoine des bibliothèques de France, un guide des régions, 9, Haute-Normandie, Basse Normandie, Paris : Payot, 1995

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Ces cookies sont utilisés pour réaliser des statistiques de visites.